mercredi 5 juillet 2017

Malmerspach, 5 juillet 1917 – Jean à sa mère

5/7/17
            Maman chérie 

            Il me tarde beaucoup de savoir comment tu es installée, comment tu vis dans la montagne, comment vous supportez la separation Na et toi. D’ailleurs à l’heure où je t’écris, je ne pense pas qu’elle soit consommée.
            Toujours le même temps très orageux. Pas une journée sans pluie. Hier j’ai déjeuné chez Jean Monnier avec Maurice Roth. Je ne serai jamais à mon aise avec les Monnier, mais ça me fait toujours plaisir de les voir. En tout cas on ne s’ennuie jamais avec eux. J’ai reçu une carte de Limpens, soigné à Meudon. Il ne me donne d’ailleurs pas de ses nouvelles.
            [Edmond] Mercier est repassé definitivement ds l’auxiliaire. 

Tendrement à toi 

Jean