lundi 3 octobre 2016

Front de Somme, 3 octobre 1916 – Jean à sa mère

3-10-16
            Maman cherie, 

            Hier je n’ai pas pu t’écrire nous étions trop mal installés et sous la pluie. Nous sommes devenus les classiques « blocs de boue ». Mais nous supportons ça assez philosophiquement. Ce qui est + triste c’est la mort avant-hier soir de mon cdt de compagnie, Mr Brissaud, et de [Emile] Roulleau, le caporal fourrier que tu connais aussi, tués par le même obus.
            Pour le moment nous ne sommes plus en première ligne. Le ravitaillement continue à bien se faire, et, en grande partie grace à ça, le moral des poilus se maintient. Ils sont bien braves.
Tendrement  

Jean 

            J’ai vu la tombe de [Edouard] Gétaz et pourrai donner à sa famille tous les renseignements sur l’emplacement.

4-10-16
            Toujours bien.
Jean