samedi 17 septembre 2016

Vers le front de Somme, 17 septembre 1916 – Jean à sa mère

17-9-16
            Maman cherie, 

            Te voici probablement à Cette. Je reçois ta carte de Lacaune au retour d’une course en camion auto pour exécuter des tirs au canon de 37. Ce petit canon est merveilleux de précision. Demain ns ns mettons encore en route, mais je ne crois pas que nous avalions d’un seul coup la dernière étape.
Source : collections BDIC
 
            Je t’assure qu’il n’est pas décourageant de monter au front maintenant. Presque tous les regiments qui redescendent, malgrès leurs souffrances et leurs pertes, en rapportent une impression réconfortante.
Tendrement à toi 

Jean 

[De la main de Suzanne, la lettre ayant sans doute été réexpédiée à Mazargues chez Fanny Busk.]

            Ma chère maman,

            Je suis contente de pouvoir te faire suivre cette lettre. Elle n’est arrivée que ce soir ; je craignais qu’elle ne vint pas. Je descends vite la poster pour qu’elle t’arrive demain.
            J’ai eu le plaisir d’avoir Alice [Alice Herrmann] aujourd’hui. Aussi la visite de Karine. Oncle Axel [Busck] et Rudy ne sont pas encore arrivés. Je pense que ce sera donc à 11 h de ce soir.
            Merci de ta bonne lettre et des nouvelles que tu me donnes. J’espère fermement que cela va de mieux en mieux. Je suis heureuse de te sentir utile. Restes tant que tu le seras. Evidemment j’ai à faire ces jours-ci avec la lessive, mais déjà demain ce sera mieux. Bébé est très mignonne dans sa robe bleue maintenant finie.
            Je vous embrasse très affectueusement. 

Suzanne