samedi 20 août 2016

Romigny, 20 août 1916 – Jean à sa mère

Dimanche 20/8/16
            Maman cherie, 

            Me voici arrivé à destination. C’est bien où je pensais[1]. C’est moins bien que la vallée de la Marne, mais ce n’est pas mal. Je reprends depuis le début.
            Aucun incident. Jusqu’à Toulouse, train-tortue. A partir de Toulouse, sommeil jusqu’à Vierzon. A Paris j’ai dejeuné ds un Duval, je suis allé à la gare de l’Est me renseigner sur les departs de trains.
            J’ai acheté chaussettes, ciseaux, sifflet, piles, pince manchettes etc.
            Je suis allé Bld du Temple voir la famille d’un de mes poilus tués à Verdun[2]. Je croyais tomber chez des humbles et je me suis trouvé dans une maison luxueuse.
            Une mère effondrée et une jeune sœur. J’ai donné quelques details.
 
           En sortant je me sentais un peu malheureux et très seul. A tout hasard je suis allé à la fac. ne serait-ce que pour revoir les murs. J’ai revu non seulement les murs, mais Mme  [Suzanne] Monnier qui n’est pas encore partie. Du coup j’ai été rassérené. Nous avons longuement bavardé autour d’une tasse de thé. Rue de Trévise, un peu plus tard, j’ai appris que [Jean] Beigbeder était à Paris. C’était tard. Je me suis précipité chez lui en taxi. Nouveau bavardage. Diner à la fac. en tête à tête avec MmeMonnier toujours charmante.
            J’ai couché à l’hotel de Trévise d’où je suis parti ce matin. Voyage banal.
            Arrivé ici à la fin du repas. Chaud acceuil. G. n’est plus là. Il commande une Cie divisionnaire : une embuscade.
            Maintenant je m’installe.
            Quelques photos prises par Gétaz peu avant notre revoir Elles sont amusantes.
            C’est Mme Gétaz qui a les clichés.
Bon courage et tendrement 

Jean


[1] Dans son courrier précédent, expédié de  Paris, Jean parlait de Ville-en-Tardenois, commune limitrophe de Romigny.
[2] Paul Savers. 9 boulevard du Temple.