dimanche 14 février 2016

Sète, 14 février 1916 – Mathilde à Jean

Cette le 14 Fevrier 1916 

            A onze heures sonnantes ce matin Lundi je recevais deux cartes de toi et celle datée du 12, venue rapidement, ns annonçait ton départ de Châtelaudren. Il est à la même heure donc arrivé ce moment attendu et redouté et par la pensée je t’ai accompagné dans cette première étape. Ne pouvant être à rien qu’à ce départ.
            Oui j’ai pu me jeter à genoux et une fois de plus comme je j’ai tant fait et le ferai tant encore je t’ai remis entre les mains du Père qui peut seul te garder, te protéger de tout mal. Et maintenant mon fils sois tjours courageux et fort et pense à celle qui ne cesse de penser à toi et de prier pr toi.
            Tu ferais bien de me donner l’adresse des parents de La Morinerie au cas où je serais quelque temps sans nouvelles ils en auraient eux peut être à me donner.
            Je vais aller rejoindre ta sœur, je ne suis pas trop en état de rester seule. J’irai aussi chez tante Jenny [Scheydt, née Roux].
            Peut-être ces lignes te parviendront elles le jour de ta fête. Comme il y a longtemps que je ne l’ai plus souhaité à la maison. Qu’elles t’apportent les vœux  de mon cœur l’assurance de mon amour maternel le plus grand.
            Sois prudent en pensant à ta mère.
            Hugo [Ekelund] part demain pour Paris où il passera deux jours, je coucherai chez ta sœur pour qu’elle ne soit pas seule. Alice va à Montagnac voir son neveu qui est très malade.
            Mille tendres baisers de ta mère
            Alice t’embrasse bien. Je viens d’écrire à ta proprio de Plélo.