mardi 19 janvier 2016

Plélo, 19 janvier 1916 – Jean à sa mère

Plélo 19-1-16
            Maman cherie

            Je reçois ta bonne lettre du 16 qui me rassure tout à fait sur l’état d’Elna. Suzon et Hugo payent vraiment cher en fatigues, soucis et argent la joie d’être époux, père et mère. Avez-vous reçu la nourrice ? est-elle laitière à souhait ? Comment vous organisez-vous en fin de compte ? Tiens-moi toujours au courant. Je n’ai pas recidivé les promenades en auto – bien par ma faute. Hier j’ai passé tout le debut de l’après-midi dans ma chambre, je m’absente deux minutes pour mettre une carte à la boîte, juste pendant ce temps [Roger de] La Morinerie passe me prendre en auto, et ne me trouvant pas file sans moi, j’ai encore vu l’auto filer au loin. J’étais furieux, je n’ai pu me mettre à aucun travail ni à une lecture quelconque.
Je suis allé à Châtelaudren faire des commissions et rendre une petite visite à Toussaint du Wast. Ce matin exercice aux allées de Beauchamp, magnifique allées dans les bois à 4 kil. de Plélo. Exercice, c’est une façon de parler car nous n’y avons fait qu’une apparition et avons passé la matinée en promenades La Morinerie, deux ss-lieut et moi.
Nous sommes rentrés à travers bois par des chemins impossibles où nous enfoncions dans la boue jusqu’aux genoux. L’un de ces ss-lieut Henin, était aspirant sur le front en même temps que moi et nous nous sommes trouvés côte à côte le 18 Mars, sans nous connaître, au moment où ça chauffait le plus. Il a reçu une balle ds le derrière en Champagne ; il est très gentil. A nous 4 nous ne nous en faisons pas. Ns aurons encore d’autres occasions probablement de sortir de notre prison. Il n’est toujours pas question de depart, pourtant le 132 a repris tranchées depuis quelque temps.
Tendrement à toi 

Jean